l'Auvergne en relief - StéréAuvergne | Patrimoine Bâti | Eglises romanes | Puy de Dôme | Basilique Notre-Dame-du-Port | Les Chapiteaux du maître sculpteur Rotbertus | le Suicide de la Colère | La colère se tue

La colère se tue
Choisir la taille de l’image

Cette face (à droite) fait partie du chapiteau qui illustre -par des figures allégoriques- le combat des vices et des vertus dont la source est le combat de/pour l’âme (Psychomachie, du poète chrétien Prudence 348-405, un des poèmes antiques les plus cités au Moyen-Âge). L’âme est partagée entre les forces du mal et l’aspiration du bien. Le personnage au centre de cette face tient un glaive des deux mains. La marque horizontale sous la gorge montre qu’il a commencé à se l’enfoncer. On peut hésiter entre un visage estomaqué, étonné, et une expression de début de colère hurlante avec la bouche grande ouverte. Ce personnage est presque à nu, il est juste vêtu d’un pagne pudique. Les deux entités qui l’entourent veulent éviter ce geste de suicide pour qu’il survive. Sur la droite le serpent (démon) retient son geste en lui enroulant le bras droit, sur sa gauche le démon ailé de la face « charité contre avarice » le retient aussi par le bras droit tout en le désignant de son index gauche qui maintient aussi en pression la mentionnière « DEM ONCO TRA VIRTUTES PUGNAT / Le démon combat les vertus pugnace ». Il suffit de lire le bandeau sur le tailloir du chapiteau pour comprendre : « IRA SE OCCIDIT / La colère se tue ». La colère cherche à se tuer à cause de ses mauvaises expressions mais les démons l’empêchent pour qu’elle continue à s’exprimer. La colère source de conflit et de tiraillement avec l’entourage est donc mauvaise, c’est l’un des péchés capitaux. La face sur la gauche illustre « le Triomphe des vertus ».

Bibliographie :
- La sculpture à Notre-Dame du Port, Ces pierres qui parlent… Association « Culture et Communication », Paroisse Notre-Dame de Clermont, Commission Diocésaine d’Art Sacré, 2004 ;
- Œuvres sculptées de Notre-Dame du Port à Clermont-Ferrand, Sœur Jean-Baptiste MEUNIER, Florence MARÉCHAL, Didier GRACZ, Édition du Signe, 2012, ISBN 978-2-7468-2801-8 ;
- Notre-Dame du Port : un puissant végétalisme et sa relève architecturale, Jérôme BASCHET, Jean-Claude BONNE et Pierre-Olivier DITTMAR de l'EHESS (Groupe d'Anthropologie Historique de l'Occident Médiéval du Centre de Recherches Historiques GAHOM-CRH).

Photo 2D :

Voir le diaporama


Tags :

Pas encore noté(e)
RSS RSS Feed | Archives | Propulsé par ZenPHOTO