l'Auvergne en relief - StéréAuvergne | Archéologie | Oppidum de Corent | Fouilles 2010 | Bâtiment K | Rotation autour de la Cave [20602] | Cave du tanneur : du coin Sud-Ouest

Cave du tanneur : du coin Sud-Ouest
Choisir la taille de l’image


Le rapport de fouille 2010 complet est disponible sur le site du LUERN.

La cave est creusée dans le basalte, elle mesure 3.8 m x 3 m pour environ 1.5 m de profondeur. Elle est creusée assez grossièrement en forme de U évasé vers la surface. Les différents objets et mobiliers retrouvés dans le comblement montrent qu’elle fût condamnée vers -50 av JC. Cette cave était sans doute une cave de stockage accessible par des marches depuis le bâtiment K qui abritait une activité artisanale liée au travail de la peau et du cuir (de nombreux outils de tanneur-écorcheur furent découverts à proximité).   Le remplissage de la cave alterne plusieurs couches de remblais composés de tessons et fragments d’amphores vinaires, morceaux de basalte, rejets domestiques, crânes de chiens et de moutons, restes de porc, de bœuf, de caprinés, de chiens arvernes proche du loup, de chevaux (2820 restes en tout), et, quelques restes de cervidés dans le cellier [20607]. Ces dépôts volontaires lors de la fermeture et l’abandon de la cave sont probablement symboliques et d’ordre cérémonial en offrande à la Terre.   Un coffrage de bois « tapissait » les parois basaltiques de la cave. Il fût décelé par son remblai bien dessiné d’une vingtaine de cm du côté basalte composé de céramiques, d’ossements de la faune de petite taille, charbon de bois, de fragments d’amphores. Ce coffrage fût sans doute démonté lors de son remblaiement.   Au fond de la cave, un support de travail en pierre de forme cylindrique comportait des entailles sur sa partie supérieure. Elles sont dues aux passages répétés d’une lame dans le sens de la longueur. Il a pu servir au raclage ou l’étirement des peaux comme un chevalet de tanneur-corroyeurs. Les trois morceaux de meule ont pût servir au broyage des céréales, la production de tan (pour le tannage) ou d’huile végétale pour assouplir ou teinter les peaux. Il est aussi possible que certaines amphores aient pu servir au trempage des peaux.

Voir le diaporama


Tags :

Pas encore noté(e)
RSS RSS Feed | Archives | Propulsé par ZenPHOTO